Conduite par les collectivités territoriales et l’État, la politique de la ville s’inscrit dans une démarche de co-construction avec les habitant·e·s, les associations et les acteurs économiques.

Née en France dans les années 1970, la politique de la ville est une politique publique de développement social, de cohésion urbaine et de solidarité, nationale et locale, envers les quartiers défavorisés et leurs habitant·e·s. À cette époque, les pouvoirs publics prennent conscience que les inégalités sociales et urbaines se concentrent principalement dans les grands ensembles d’habitat social et cherchent à y répondre par différentes mesures et dispositifs. Elle a pour objectifs communs d'assurer l'égalité entre les territoires, de réduire les écarts de développement entre les quartiers défavorisés et les autres quartiers et d'améliorer les conditions de vie de leurs habitant·e·s.

Agir pour les habitant·e·s des quartiers populaires

La politique de la ville est une politique publique  qui vise à faire avancer d’un même pas développement territorial  et développement humain. Cette politique globale vise la réduction des inégalités territoriales en développant des projets locaux correspondant aux besoins des habitant·e·s et des acteurs des quartiers populaires.

À cette fin, elle mobilise et adapte prioritairement les moyens, les ressources ordinaires  de toute une série de politiques publiques censées œuvrer à ce développement et entend agir simultanément dans divers domaines : le cadre de vie et l’habitat, l’éducation, le développement économique et l’emploi, l’accès à la culture, aux loisirs et à la santé, la sécurité, l’accès aux droits, la citoyenneté, l’égalité femmes-hommes, etc.

L’investissement de nombreux acteurs, à différentes échelles, est donc nécessaire. Des partenariats sont ainsi mis en place entre les différents acteurs de ces politiques publiques  tels que l’État, la Ville, le Département, les bailleurs sociaux, la Région, Pôle Emploi, l’Éducation Nationale, la CAF, les chambres consulaires, l’Europe, les associations, la police et s’appuie aussi sur les compétences, les ressources  existantes dans les quartiers populaires à  commencer par la ressource habitante.

Des contrats entre l’État et les collectivités territoriales définissent un projet de développement pour chacun des quartiers concernés. 

Comment ça fonctionne ?

L’Établissement public territorial Est Ensemble, les Villes de Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint Saint-Gervais, Montreuil, Noisy Noisy-le -Sec, Pantin et Romainville, l’État, ainsi que les autres partenaires signataires tels que le Conseil Départemental, le Conseil Régional mettent en œuvre la politique de la ville à travers le contrat de ville, élaboré pour la période 2015-2020. En effet, le ministère de la Ville a décidé en 2014 de simplifier la politique de la ville. Pour cela, les anciens zonages et dispositifs d'aide aux quartiers défavorisés (Cucs, Zus, etc.) ont été remplacés par les contrats de ville. Ces contrats sont conclus à l’échelle des territoires (anciennes agglomérations).

Le premier contrat de ville du territoire d'Est Ensemble a été signé le 28 mai 2015 par l'État, la Région, le Département, Est Ensemble et les neuf villes qui le compose, ainsi que par de nombreux partenaires, tels que la Caisse des Allocations Familiales, les bailleurs sociaux dont Romainville Habitat, mais aussi le Pôle Emploi, l’Éducation Nationale ou encore l’Agence Régionale de Santé. Il a été prorogé jusqu’en 2022.

Consultez le contrat de ville 2015-2022

Suite à un diagnostic partenarial, ce contrat, destiné à améliorer la vie quotidienne des habitant·e·s des quartiers prioritaires, énonce trois objectifs majeurs :

  • le développement de l’activité économique et de l’emploi ;
  • la cohésion sociale ;
  • l’amélioration du cadre de vie par le renouvellement urbain.

Pour ce faire, tous ces acteurs sont appelés à mobiliser prioritairement les politiques publiques qu’ils développent tout au long de l’année avec un effort accentué en direction des populations des quartiers politique de la  ville.  Pour compléter, stimuler ou susciter l’intervention renforcée de tous ces acteurs, là où c’est nécessaire, un appel à projets est lancé chaque année. Il vise à faire émerger des actions innovantes, utiles aux habitant·e·s et conçues le plus possible avec eux, dans les trois grands piliers du contrat de ville (cohésion sociale, emploi et développement économique, habitat et cadre de vie).

Plus d’informations sur le Contrat de ville

Plus d'informations sur l'appel à projets du Contrat de ville

Les ateliers locaux de la politique de la ville

Chaque année, des ateliers locaux de la politique de la ville sont mis en place, réunissant dans un format très participatif, les habitant·e·s (notamment à travers les conseils citoyens) mais aussi les associations, les services municipaux et tout autre acteur en lien avec les objectifs de l’appel à projets.

Ces ateliers visent à :

  • permettre aux différent·e·s porteurs·ses de projets de se connaître, partager des informations et d’échanger sur les coopérations possibles ;
  • permettre aux habitant·e·s d’avoir une plus grande visibilité quant aux projets les concernant dans leur quartier, d’échanger avec les porteurs·ses de projets et de réfléchir à la manière d’impliquer pleinement les habitant·e·s dans les actions portées.
  • permettre aux acteurs institutionnels (Ville, bailleurs, Éducation Nationale, etc.) et aux porteurs·ses de projets de se rencontrer, de mieux se connaître et de réfléchir ensemble  aux modes d’interventions pertinents pour répondre aux enjeux plus spécifiques du quartier et des habitant·e·s.

Qui concerne-t-elle ?

En France, 1300 quartiers situés sur 700 communes sont classés quartiers politique de la ville dits prioritaires pour la période 2015-2020. Les zones où plus de la moitié de la population vit avec moins de 11 250 euros par an, soit 60 % du revenu médian national, ont été retenues.

Sur le territoire d’Est Ensemble, dix-neuf quartiers (152 000 personnes) sont classées en politique de la ville.

À Romainville, cela représente quatre quartiers :

    • Marcel-Cachin ;
    • l'Horloge ;
    • les Trois-Communes ;
    • Youri-Gagarine.

Près de 10 000 romainvillois·es, soit 40% de la population totale, bénéficient actuellement de la politique de la ville.

Voir l'image en grand

Le renouvellement urbain

Indissociable du volet social de la politique de la ville, le volet urbain bénéficie d’un nouveau programme national de renouvellement urbain qui vise les quartiers présentant les dysfonctionnements urbains les plus importants, en favorisant la mixité de l’habitat, la qualité de la gestion urbaine de proximité et le désenclavement des quartiers.

À Romainville, le quartier Marcel-Cachin dont la rénovation s'est achevée en 2017 était inscrit dans cette démarche.
Elle a permis une véritable transformation de la cité Cachin en améliorant le cadre de vie des habitant·e·s, de désenclaver le quartier pour en faire un cœur de ville, d’y rétablir une mixité sociale, le tout dans le respect des principes du développement durable. 

Aujourd'hui, le nouveau programme de renouvellement urbain du quartier Youri-Gagarine est lancé.  
Situé à l’entrée de la ville, le quartier Youri-Gagarine, conçu dans les années 1960 et 1970, va être totalement transformé grâce à un vaste projet de requalification qui a débuté en 2016 pour s'achever à l'horizon 2027. L’objectif est d’ouvrir le quartier sur la ville et d'offrir de meilleures conditions de vie aux habitant·e·s.

Le programme de réussite éducative

Fondé conjointement par l’État et la Ville de Romainville, le programme de réussite éducative (P.R.E.) vise à apporter un soutien éducatif, culturel, sanitaire et social aux enfants et adolescent·e·s de 3 à 16 ans, habitant un quartier Politique de la ville et/ou scolarisé·e·s dans un établissement d’éducation prioritaire et présentant des signes de fragilité dans leur scolarité.

Les enfants bénéficient alors d’un accompagnement prenant en compte l’ensemble des difficultés pouvant être un frein à leur réussite scolaire. Pour mettre en place cet accompagnement, des professionnel·le·s de tous horizons (éducation, social, santé) sont mobilisés autour du parcours de l’enfant et de sa famille.

LES ÉTAPES DU PROGRAMME DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE

  1. Repérage et identification de l’enfant :
    - Analyse de la situation par les professionnel·le·s
    - Concertation entre professionnel·le·s et parents
    - Remplissage de la fiche de saisine
  2. Saisie et entrée dans le dispositif :
    - Mise en lien entre les professionnel·le·s et l’équipe du programme de Réussite éducative
    - Présentation du diagnostic en équipe pluridisciplinaire de soutien (E.P.S)
  3. Proposition d’accompagnement et validation du parcours :
    - Solutions envisagées par l’E.P.S. et proposition de parcours individualisés
    - Validation du parcours par les parents
  4. Suivi et accompagnement :
    - Entretiens réguliers entre les référents de parcours, les parents et/ou les enfants
    - Analyse de l’impact de l’accompagnement
  • Renseignements : 

Coordinatrice des dispositifs de Réussite éducative
01 49 15 56 93 ou

Diagnostic en marchant quartier Marel-Cachin

Une participation citoyenne renforcée

Dans le cadre du Contrat de ville, des conseils citoyens, composés d'habitant·e·s tiré·e·s au sort, ont été mis en place.
Ils ont vocation à faire des habitant·e·s de véritables acteurs de leur quartier, en favorisant leur participation à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation des programmes d’actions et en les associant aux projets mis en œuvre. Les membres des conseils ont aussi pour rôle, au plus près du terrain, de faire émerger et soutenir les initiatives portées par les citoyen·ne·s.

La prévention de la délinquance

Des actions de prévention de la délinquance sont prévues dans le cadre de la contractualisation entre l’État et la Ville de Romainville en matière de politique de la ville. Le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) est consulté sur la définition, la mise en œuvre et l’évaluation de ces actions.