Développer l’agriculture urbaine

La Ville de Romainville a engagé une réflexion globale sur l’intégration d’activités agricoles afin d’assurer un développement économique durable de son territoire.

La Ville de Romainville a engagé une réflexion globale sur l’intégration d’activités agricoles afin d’assurer un développement économique durable de son territoire, créant les conditions d’une véritable économie circulaire, tout en préservant l’environnement.

Pendant des siècles, les habitants de Romainville ont été viticulteurs ou maraîchers. Le dernier troupeau de vaches a quitté la commune en 1964 et ne restent aujourd'hui que les potagers particuliers, pour lesquels un intérêt semble renaître ces derniers temps. Le succès rencontré par les terrains situés sur l'Ile de loisirs de la Corniche des Forts, la prochaine reconstitution de jardins familiaux sur le secteur des Coudes-Cornettes, la naissance d'associations liées à l'alimentation durable et les bons résultats de Baluchon et du Paysan urbain sont autant de signes d'un changement de mode de consommation, lié à la crise environnementale.

Pour encourager cette prise de conscience, les services municipaux organisent régulièrement des ateliers de jardinage dans les espaces de proximité, dans les écoles, à la Maison de l'Enfance et à la Maison des retraités. Un nouveau projet, d'une autre envergure, visant non seulement à renforcer les liens sociaux mais aussi à créer des emplois pérennes, vient d'être lancé par la Ville et Romainville Habitat : il s'agit d'installer une exploitation maraîchère dans le quartier Marcel-Cachin. Une fondation pour l’agriculture urbaine et ses développements va être créée afin de financer cette structure innovante.

Mieux produire pour mieux consommer

Cette exploitation fonctionnera dans un bâtiment entièrement conçu pour permettre une production écologique de légumes en bacs de culture dans un substrat organique initié par AgroParisTech. « Au croisement de la pratique maraîchère et de l’innovation technologique, ce projet est pour nous l’opportunité de reconnecter les habitants du quartier avec une production locale », explique-t-on à l'agence d'architecture Ilimelgo, qui a travaillé sur le projet. Façades vitrées, ailes étroites et exposition est-ouest pour un maximum de lumière, ventilation naturelle, systèmes de chauffage innovant et de récupération de l'eau de pluie, irrigation programmable au goutte à goutte : rien n'a été laissé au hasard pour rendre le projet à la fois énergétiquement performant et économiquement viable.

L'activité maraîchère sera concentrée dans les étages des deux ailes du bâtiment. Des bacs de culture y seront disposés en rangées, sur deux niveaux, offrant plus de 1000 m2 de surface cultivable. A l'extérieur, il est prévu d'installer de petits vergers et un poulailler. Au sous-sol enfin, une champignonnière et un laboratoire de germination seront aménagés.
Les produits de la ferme urbaine seront vendus directement sur place. Un point de vente, situé au rez-de-chaussée, permettra aux Romainvillois de les acheter.

Sensibiliser au développement durable

Mais le point de vente n'occupera qu'une petite partie du rez-de-chaussée, qui comptera une serre et un atelier pédagogiques.
Ces vastes espaces, ainsi qu'un jardin extérieur, serviront à accueillir régulièrement des groupes d'enfants dans le cadre d'ateliers de sensibilisation à l'agriculture urbaine, à l'importance de l'alimentation, à la consommation durable, etc. Des formations seront également proposées aux adultes.
Les habitants du quartier Marcel-Cachin, dans lequel cette exploitation innovante sera installée, seront sensibilisés les premiers à l'agriculture urbaine, ses principes et ses valeurs.
Mais à terme, la Ville souhaite implanter des surfaces de culture dans d'autres secteurs de la commune, et en particulier dans le quartier de l'Horloge.

Le Paysan urbain, des micro-pousses à la tour maraîchère

L'association Le Paysan urbain, accompagnée par le Réseau Cocagne, a expérimenté ces derniers mois la production de micro-pousses dans le quartier de l'Horloge. Elle accompagnera la Ville, via la réalisation d’une étude de faisabilité, dans la définition des contours du modèle d’exploitation de la future tour maraîchère du quartier Marcel-Cachin.

Economiste de formation, Benoît Liotard a travaillé dans le domaine des énergies propres avant de fonder Le Paysan urbain et se lancer dans la culture de micro-pousses. Depuis juillet dernier, il plante des graines de radis noir et pourpre, de chou rouge, de petit pois, de brocoli, de tournesol et de moutarde sous une petite serre, dans le quartier de l'Horloge. Cette phase d’expérimentation s’est avérée très concluante : les micro-pousses multicolores, savoureuses et nutritives qu’il récolte tous les quinze jours ont en effet séduit les consommateurs, commerçants et restaurateurs qui les ont goûtées.

L’association s’apprête maintenant à tester la culture maraîchère hors-sol à plus grande échelle, sur le même terrain. Elle travaillera dans le même temps sur la sensibilisation à la protection de la biodiversité, à la promotion de la nature en ville et aux questions environnementales urbaines (compostage, économie circulaire, réutilisation des matériaux, etc.). Pour cela, elle va monter une ferme urbaine écologique, démonstrative et pédagogique et employer plusieurs salariés en insertion.
Celle ferme innovante comptera trois serres qui permettront la culture de micro-pousses sur 350 m², un poulailler pédagogique, une zone de compostage local et participatif, un centre d’animation éphémère et un espace dédié à l’éco-construction. De nombreuses animations y seront menées à partir du printemps : ateliers de jardinage, de compostage, démonstrations, etc.

En savoir plus