Dès la rentrée 2019, la nouvelle école primaire Hannah-Arendt accueillera ses premier·ère·s élèves aux Bas-Pays.

Une nouvelle école fonctionnelle et ouverte sur le quartier

Afin de répondre aux évolutions croissantes des effectifs, la Ville a engagé au printemps 2018 la construction d’une nouvelle école primaire, dont la capacité totale est de
 onze classes. Elle abritera cinq classes maternelles, quatre classes élémentaires et deux classes évolutives. Cette nouvelle école primaire bénéficie d’un classement en réseau d’éducation prioritaire (REP) et comprend pour son année d’ouverture sept classes pour un effectif prévisionnel d’environ 100 élèves :

  • Niveau maternel : une classe de petite section et une à deux classes de moyenne section ;
  • Niveau élémentaire : deux classes de CP et deux classes de CE1 en 100 % réussite (effectifs compris entre 12 et 15 élèves).

L’école Hannah-Arendt est construite sur deux niveaux et un rez-de-jardin avec :

  • l’école maternelle (au rez-de-chaussée pour le confort des élèves) comprenant des classes jouxtées à des dortoirs et une salle de motricité avec un accès facilité vers le réfectoire et la cour ;
  • l’école élémentaire au premier étage comprenant des salles de classe ;
  • un espace évolutif au premier étage ;
  • un pôle administratif placé près des entrées (bureau animation, salle des maîtres·ses, cabinet médical, bureau de la direction, loge du·de la gardien·ne) ;
  • des espaces partagés entre l’école primaire et l’école élémentaire (bibliothèque, cabinet médical, jardin pédagogique, espaces de motricité) ;
  • des espaces récréatifs sur les deux niveaux mais différenciés pour chaque tranche d’âge ;
  • des espaces végétalisés en extérieur.

Une large place dédiée au sport

De nombreux espaces sportifs et de motricité seront accessibles : 

  •  1 salle de motricité de 84 m² ;
  • 1 salle de motricité polyvalente maternelle – élémentaire de 80 m² ;
  • 1 espace de motricité extérieur de 28 m² ;
  • 1 dojo de 344 m² dont 196 m²  en surface de sport avec vestiaires et douches ;
  • 1 espace sportif extérieur et couvert de 500 m² pour les sports collectifs – pour les deux écoles élémentaires (Hannah-Arendt et Langevin-Wallon).

Les espaces extérieurs

L’école abritera plusieurs espaces en extérieur, véritables lieux de vie, de convivialité et de jeu pour les élèves :

  • une cour maternelle (rez-de-chaussée) : une cour basse en pavés joints gazon, dotée d’une noue plantée, de potagers, d’arbres. Des facettes en sol souple sont aménagées pour permettre les jeux de glissades et d’équilibre ;
  • une cour élémentaire (premier étage) : une cour haute dégagée pour les jeux à plusieurs dotée de tracés au sol ;
  • un jardin nord (rez-de-jardin) qui communique de plain-pied avec le dojo ;
  • un jardin pédagogique (au premier étage).

Badia Berger architectes

Des usages mutualisés avec l’école Langevin-Wallon

Des espaces seront mutualisés avec l’école Langevin-Wallon, située à proximité, pour permettre aux élèves des deux groupes scolaires d’évoluer dans les meilleures conditions : l’office du service de restauration, les espaces sportifs ou encore le cabinet médical.
Afin de répondre aux besoins pédagogiques de chaque école, et d’offrir des espaces propices au calme, chaque école aura son propre réfectoire et sa propre cour de récréation.

Une école ouverte sur le quartier

Ce nouvel équipement scolaire sera largement ouvert sur le quartier, avec des espaces accessibles aux parents, aux associations et aux habitant·e·s, pendant le temps extra-scolaire : 

  •  le dojo sera ouvert aux associations sportives hors temps scolaires et périscolaires ;

  • la cour de récréation maternelle permettra aussi aux enfants de moins de 6 ans de bénéficier d’un nouvel espace de jeux pendant les vacances scolaires à l’image des écoles Maryse-Bastié et Danièle-Casanova qui ouvrent déjà leur cour pendant les vacances ;

  • soucieuse de favoriser les liens entre les parents et la communauté éducative, la Ville propose un espace de 60 m2 ouvert aux parents des trois écoles du quartier afin de faciliter les rencontres et les initiatives.

Sur un coût total de 11 232 705 € HT, la Ville de Romainville a contribué à la construction de cette nouvelle école à hauteur de 10 736 205 € HT.

Badia Berger architectes

Quel nom pour cette nouvelle école ?

Dans la continuité de la concertation déjà engagée, la Ville a lancé une consultation auprès des habitant·e·s afin de choisir le nom de la nouvelle école aux Bas-Pays, entre le 8 avril et le 17 mai 2019. Les noms des rues et des équipements restent majoritairement masculins. Depuis quelques années, la Municipalité a pour volonté de donner des noms de femmes à de grands équipements ou lieux publics afin de changer les représentations et rétablir la parité dans la dénomination des équipements publics. Après le complexe sportif Colette-Besson, le conservatoire Nina-Simone, le pôle éducatif Maryse-Bastié, les rues Madeleine-Odru ou Henriette-Pizzoli, le parc Simone-Veil, la Ville de Romainville a proposé aux Romainvillois·es de choisir parmi quatre grandes figures féminines : Rosa Parks, Rose Guérin, Hannah Arendt, Ann-Margaret Sharp.

Sur plus de 700 votant·e·s, le nom Hannah Arendt a été plébiscité lors de la consultation avec 41 % des voix.

Un projet co-construit

La Ville de Romainville a étroitement associé la communauté éducative, les parents d’élèves et les membres du conseil citoyen des Bas-Pays dans la définition du projet, comme elle le fait pour chaque nouveau projet d’équipement public. Trois réunions publiques et trois groupes de travail ont permis de co-construire un projet ambitieux pour cette nouvelle école visant à :

  • offrir aux élèves une école fonctionnelle, avec des espaces pédagogiques adaptés à leurs besoins et à leurs âges ;

  • renforcer les espaces pédagogiques de l’école élémentaire Langevin-Wallon, en offrant la possibilité de mutualiser certains espaces ;

  • favoriser l’ouverture de l’école aux parents et sur le quartier ;

  • porter une attention particulière aux espaces extérieurs et au sport à l’école.